Georgina Amorós: « le succès et les réseaux peuvent être épuisants »

  • En Espagne,Georgina Amorós a a une popularité incroyable, notamment depuis qu’elle a rejoint  en 2019 la serie Élite  sur Netflix qui fait fureur en terre ibère et dont elle prépare la quatrième saison. Une réputation exacerbée par les réseaux sociaux. Une influence considérable que la très jeunes artiste, 24 ans, le 30 avril prochain, ne nie pas et  qui, parfois,  lui fait peur. Au point d’avoir été contrainte de fermer son compte Twitter après avoir recu des menaces de mort. Ce qui, dit-elle, l’amène souvent à s’interroger sur la course interminable à « la production »  et  au  « succès » qui doit absolument l’accompagner. Une course à laquelle les nouvelles générations semblent condamnées à y participer. Mots choisis.
  •                                                                                                                                                                                « Le système nous fait croire que c’est ça la réussite : en faire de plus en plus pour gravir des échelons professionnels. Mais c’est très subjectif. Pour moi, le succès peut être d’avoir un emploi stable que j’aime, une belle vie de famille et de ne pas avoir de crises d’angoisse. Nous devons effacer le succès de nos têtes car il est épuisant et vous fait ne pas être présent et ne pas profiter de chaque pas que vous faites. J’ai vu la première saison  d’ Elite et je voulais y être, mais quand je suis arrivée je n’étais pas satisfaite, j’en voulais plus ».                                                                     
  • Et selon la native de Barcelone, les réseaux sociaux y sont pour beaucoup:  » Je souhaite parfois les voir  disparaitre car ils créent beaucoup de pression sur nous et nous font ne pas voir comment nous sommes. Même si en même temps, je comprends à quel point ils sont bons pour nous connecter. Mais  ils sont aussi super banals et nous font nous sentir mal tout le temps parce ce qu’on ne se déconnecte  jamais  Vous pouvez être parfaitement bien et cinq minutes plus tard, vous êtes terrible parce que vous avez vu des gens travailler plus dur ou être plus créatifs que vous                                                                                                                               ( Extrait d’une interview parue dans les colonnes du quotidien espagnol  El Mundo  du 17 avril 2022)

Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir au TOP