Carole Bouquet : « Je ne désaime pas les gens que j’ai aimés »

Alors que sa dernière apparition au cinéma remonte à 2021 où elle  interprète le rôle de  « Marie » dans « Les fantasmes » de David et Stéphane Foenkinos,  Carole Bouquet  sera « Bérénice »  du 15 septembre au 12 octobre  à la  Scala de Paris.

Actrice somptueuse avec 53  longs métrages tournés, la native de Neuilly-Sur-Seine  est également une comédienne de théâtre au palmarès non moins prestigieux.Elle a travaillé sous la direction de metteurs en scène émérites à l’image de Lambert Wilson, Antonin Artaud, Jacques Weber ou Yasmina Reza.

Dans un entretien accordé au quotidien Le Monde elle évoque son enfance e son adolescence au sein d’une famille un tantinet tristounette, son arrivée improbable dans le monde du cinéma et son rapport avec sa  beauté. Pour parler de sa façon d’aimer qui passe toujours ou presque par l’émerveillement, elle décrit son histoire d’amour avec Gérard Depardieu Passionnant.

 .

« On s’est connus sur le tournage de Buffet froid, en 1979. C’était un ami, un partenaire de jeu. Je suis éblouie par le talent de Gérard, je n’ai jamais vu personne jouer comme ça. A 40 ans, nous nous sommes vus davantage. Je vivais seule. Lui aussi, ce qu’il n’aime pas. Il arrivait chez moi dès 9 heures du matin, avec sa moto, pour me raconter des histoires et me faire rire… On s’est dit qu’on était bien en­ semble. Ça a duré presque dix ans. Il y a eu des moments de bagarre, mais je ne m’en souviens pas. Je ne désaime pas les gens que j’ai aimés, je n’ai pas le temps pour ça. Buñuel m’avait prévenue qu’avoir besoin d’être sans cesse émerveillée pouvait présenter un dan­ ger. Le ravissement, quand il s’évanouit, laisse la place à la mélancolie ». ( Extrait de l’interview parue dans les colonnes du journal Le Monde du 7 septembre 2022)

Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir au TOP