Stella McCartney: « Je suis une femme qui dessine pour les femmes »

Stella McCartney, 50 ans,  porte à merveille l’esprit de l’excellence montré déjà par son père, le musicien de légende. La fille est une créatrice de mode de haut vol  qui mène sa marque avec rigueur sur le chemin de l’éco-responsabiité. Et ce dès la naissance de son label en 2001. Cette légitimité a fait que Bernard Arnault, le  grand boss de la multinationale LVMH , l’a nommée « conseillère spéciale » pour le développement durable. Celle qui estime être « une   femme qui dessine pour les femmes » explique cette définition.

 » Quand j’ai commencé à travailler, les designers étaient essentiellement des hommes et, pour beaucoup,leur but n’était pas d’habiller les femmes, mais d’avoir des photos incroyables de leurs créations dans les magazines, ce qui servirait  ensuite à vendre des sacs. Moi, je voulais juste fabriquer des vêtements que j’avais envie de mettre. Etre bien dans une tenue, ça se joue à de petits détails que l’on ne maîtrise qu’en la portant au quotidien: les quelques centimètres qui font qu’une jupe tombe ai-dessus ou au-dessous du genou ont une profonde influence sur la manière dont on se sent et dont on est perdue. En 1997, ma collection de fin d’études à la Saint Martin School de Londres était constituée de nuisettes que j’ai retournées pour qu’elles soient portées à l’envers: je trouvais ça tellement plus sexy de sentir le satin sur ma pleau plutôt que de le montrer aux autres ! »  (Extrait d’une interview parue dans les colonnes du quotidien Le Monde  du 15 mars 2022)

Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir au TOP