Sylvie Laurent : « Une dérive féodale aux Etats-Unis »

La décision prise le 24 juin dernier par la Cour suprême américaine de révoquer l’arrêt vs  Wade  etd’autoriser ainis les Etats  américains à légiférer sur le droi à l’interruption volontaire de grossesse n’est pas une simple affaire américaine. Ses échos risquent d’avoir des répercussions sur la vie de centaines de millions de femmes dans le monde. Y compris dans les grandes démocraties en principe très avancées dans ce domaine. D’éminents spécialistes de l’histoire américaine se penchent sur cette dérive. Et certains, à l’image de l’historienne française  Sylive Laurent,la qualifie de « dérive féodale » qui travaille les entrailles de la société depuis longtemps.

 » C’est évidemment consternant. Peu s’attendaient à l’ampleur de la régression. Néanmoins, comme toujours avec les Etats-Unis, on peut se demander si ce moment réactionnaire est une anomalie, une dérive ou bien un retour à la norme. A l’exception de la petite période, de la fin des années 1950 aux années 1970, pendant laquelle la Cour suprême a plutôt été une force de progrès, elle a historiquement toujours été une institution destinée à préserver les privilèges des puissants. Cela posé, si l’on regarde l’ensemble des arrêts qui viennent d’être édictés, on peut parler d’une dérive féodale des Etats-Unis.
Sur un plan factuel et de court terme, oui, c’est le résultat de la nomination de trois juges ultraconservateurs par Trump. Mais, sur le long terme, nous assistons à la métabolisation de différents mouvements (…)  En plus des actions de terrain et du lobbyisme, les militants de la « grossesse forcée » (les nommer « pro- life » revient à accepter leur élément de langage) ont entrepris, par le droit, de défaire les acquis constitutionnels qu’ils jugent hérétiques (droits des femmes et des minorités, séparation de l’Eglise et de l’Etat ou régulation des armes à feu) ».

(Extrait d’un entretien paru dans les colonnes de l’hebdomadaire français L’OBS du 30 juin 2022)

(1) Sylvie Laurent  est une historienne spécialiste des Etats-Unis, maitresse de conférence  à Sciences Po et chercheuse associée à l’Uniersité de Harvard. Elle a publié entre autres essais , Martin Luther King. Une biographie intellectuelle et politique, Paris, Seuil, 2015, La Couleur du marché. Racisme et néolibéralisme aux États-Unis, Paris, Seuil, 2016  et Pauvre petit Blanc. Le mythe de la dépossession raciale, Paris,  aux éditions de la Maison des sciencesde l’homme  en 2020

Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir au TOP