Algérie (Arts): Lydia Haddag se penche sur la génération du Môle

Le dernier livre de l’écrivaine-essayiste Lydia  Haddag  intitulé « La génération du Môle d’Alger » est consacré a un groupe d’artistes  et de créateurs algériens, non structuré officiellement, né avant la deuxième moitué du 20e siècle  et en quête d’une algérianité artistique qui s’est progressivement affranchie des héritages orientalistes et colonialistes.

Objecif atteint, puisqu’il a permis, selon la chercheuse, de passer d’une « révolution picturale » à un « art révolutionnaire ».Comme il a voulu  replacer le littoral algérois dans sa dimension méditerranéenne séculaire.

Parmi les peintres, écrivains,  ayant fait partie de la mouvance artistique, on peut citer pèle-mêle :  Sauveur Galliéro, Jean Sénac, Himoud Brahimi, M’hamed Issiakhem, Choukri Mesli,  Kateb Yacice  Mohammed Khedda, Mohamed Dib, Jean Senac et bien d’autres.  La génération du Môle  est résumée en quelque sorte dans l’extrait qui suit.

« Aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale et des massacres du 8 Mai 1945, la génération du Môle rassemble une pléiade d’artistes  (1) de sensibilités et de styles différents (des figuratifs, des abstraits), mais tous mus par le goût pour un mode de vie libertaire, la volonté de création sans entraves ou la critique du colonialisme. Ces artistes ont incarné une iconographie algéroise en mouvement, à la fois enracinée dans son histoire et ouverte sur le monde, dans une recherche permanente de nouvelles expériences plastiques. En cela, on pourrait parler de «modernité clandestine», c’est-à-dire l’usage d’un médium artistique occidental (la peinture de chevalet) qui est détourné des mains des colons pour le transformer progressivement en un moyen d’affirmation identitaire pour revendiquer une modernité picturale algérienne et pour soutenir l’émancipation du peuple ».  (Extrait de l’entretien accordé par l’auteure au quotiden algérien Al-Watan daté du 4 juin 2022)

(1) L’essai est paru  en avril 2022 aux Édtions Casbah.

Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir au TOP